Damaro : ‘’le général Ousmane Sow du CMRN est celui qui a personnellement supervisé les exécutions de 22 dignitaires du régime de Sékou Touré, à Kindia en 1985’’

0
88

Le général Sow, le capitaine Baldé, ex-ministre de la fonction publique et de la réforme administrative, commandant Ibrahima Sory Diallo qui est devenu général entre temps aussi, commandant de zone de Kindia, ont été les trois qui ont procédé aux exécutions extrajudiciaires du CMRN’’

————–

Le dimanche 22 octobre dernier à Dalaba, le général Ousmane Sow s’éteignait, loin de Conakry où un 3 avril 1984, ses frères d’armes et lui s’emparaient du pouvoir à la mort du président Sékou Touré.

Pour l’honorable Amadou Damaro Camara, président du groupe parlementaire Rpg Arc-en-ciel, le général Ousmane Sow a été un officier du CMRN de sinistre mémoire, le décrivant comme l’un des exécuteurs de 22 dignitaires du régime de Sékou Touré à Kindia en 1985.

« J’ai connu général Ousmane Sow, en ce moment commandant Sow quand le CMRN est arrivé au pouvoir. Et, comme beaucoup de commentateurs sur son décès disent qu’il était un grand officier, c’est vrai, il a été un grand officier de l’armée guinéenne« , a d’entrée reconnu le patron de la mouvance présidentielle à l’assemblée nationale. Mais, ajoute-t-il, l’histoire quelque part aussi retiendra « que lui (général Sow), le capitaine Baldé, ex-ministre de la fonction publique et de la réforme administrative, commandant alors Ibrahima Sory Diallo qui est devenu général entre temps aussi, qui était commandant de zone de Kindia ont été les trois qui ont procédé aux exécutions extrajudiciaires de CMRN. Je peux vous en donner la preuve du télégramme [ci-dessus, ndlr] du commandant Ibrahima Sory au ministre de la réforme Mamadou Baldé pour rendre compte des exécutions physiquement supervisées par le Commandant Sow. Dans le télégramme, on parle de 21 exécutions à Kindia et 1 entre Kindia et Conakry. Et, celui qui était entre Kindia et Conakry, c’était le ministre Toumany Sangaré ».

Elisa Camara

+224 654 95 73 22

Lire la suite …

LAISSER UN COMMENTAIRE