Cellou défend Thiâ’nguel : « rien ne peut être reproché à notre Souleymane Bah »

0
29

Le président de l’union des forces démocratiques de Guinée (UFDG) a soigneusement défendu le responsable communication de son parti. Pour Cellou Dalein Diallo, rien ne peut être reproché à Souleymane Bah « Thia’nguel, récemment condamné à la réclusion criminelle à perpétuité dans l’affaire dite Mohamed Koula Diallo, du nom du journaliste assassiné le 5 février 2016 d’une balle à la poitrine au siège du principal parti de l’opposition guinéenne.

« Nous avons lors de la semaine écoulée, enregistré l’acquittement de nos deux maintiens d’ordre qui ont été retenus deux ans en prison. Malheureusement, la même justice prononce une peine extrêmement sévère contre quelqu’un qui n’a rien fait dont l’innocence est connue de tous. Quelqu’un qui aurait dit de ne pas filmer. La réunion du bureau exécutif n’est pas ouverte au public. Même si c’était le cas, la presse n’est pas invitée à la réunion du bureau exécutif, c’est le débat des hauts responsables du parti pour le discuter des questions essentielles. En disant ça, il aurait été complice et on trouve le moyen de le condamner à la perpétuité. Même si on dit qu’il n’est pas identifié, on dit Thiâ’nguel n’est pas un nom. Le procureur a demandé l’acquittement parce qu’il n’est pas identifié mais on trouve le moyen de condamner ceux supposés cette personne, parce qu’on veut déstabiliser l’UFDG c’est inacceptable», a dit le chef de file de l’opposition ce samedi 13 janvier lors de l’assemblée générale hebdomadaire de son parti tout en se posant des questions sur l’identité du nommé Thiâ’nguel qui a été condamné dans l’affaire de l’assassinat du journaliste Mohamed Koula Diallo.

«Est qu’il faut dire que Thiâ’nguel c’est le nôtre ? C’est Souleymane ?  Est-ce qu’il faut l’assumer, est-ce qu’il faut attendre qu’on identifie la personne ? Mais nous sommes décidés de mener la démarche qu’il faut pour demander l’annulation de cette peine insensée, ça n’a aucun sens. Seulement pour continuer à salir l’UFDG, déstabiliser le parti. Mais on va continuer jusqu’à ce que la vérité et le droit triomphent. Rien ne peut être reproché à notre Souleymane Bah», a-t il défendu

Thierno Sadou Diallo 

(+224) 626 65 65 39

 

Lire la suite …

LAISSER UN COMMENTAIRE