Finances Publiques : l’atelier gouvernemental sur l’élaboration du budget tel que vu par un spécialiste (Interview)

0
676

Le weekend dernier, le gouvernement Kassory était à l’école de la préparation et de l’adoption du Budget. Les ministres, dont une bonne partie sont à leur première fois d’être dans le gouvernement, ont appris à cette occasion, comment se font la préparation et l’adoption du budget de l’Etat.

Nous avons fait réagir le Dr. Alhassane Makanéra Kaké, spécialiste des Finances Publiques pour parler de cette démarche du gouvernement.

Lisez.

Mosaiqueguinee.com : quelle est votre appréhension de l’atelier des membres du gouvernement sur la préparation et l’adoption du budget de l’État ?

 Dr Makanera : je reste encore sur ma faim. Nous ne sommes pas au moment du dépôt du budget, on parle d’un atelier sur l’élaboration du budget de l’État. L’élaboration du budget devrait commencer depuis le 7 avril.

Connaissant le mécanisme guinéen, il est un peu gênant qu’on réunisse les ministres pour parler de l’élaboration du budget. En réalité, ce ne sont pas les membres du gouvernement qui élaborent le budget. Le grand problème que nous avons, c’est au moment de l’exécution du budget. J’aurais souhaité qu’on regroupe les membres du gouvernement pour discuter de la pratique de l’exécution du budget. Parce que, c’est dans ça qu’ils participent réellement en faisant référence aux termes spécifiques sur la discipline budgétaire.

Le problème que nous avons dans l’exécution, c’est l’absence ou la faiblesse de la discipline budgétaire. Je pense que leur retraite devrait beaucoup plus porter sur comment exécuter le budget en respectant les lois en la matière.

S’il devait y avoir de formation pour les membres du gouvernement, ça devrait être sur les faiblesses au niveau de l’exécution du budget que sur l’élaboration du budget qui est traditionnel et technique et qui relève d’autres structures beaucoup plus techniques que le politique que constitue le ministre. C’est comme si vous apprenez à quelq’un, comment conduire un avion après vous lui donner un vélo.

Une journée suffit-elle pour apprendre à un ministre comment préparer et exécuter son budget ?

 C’est impossible. Quand on dit une journée de formation, c’est qu’on se fout du budget ou bien on a aucune connaissance autour de l’ampleur de l’élaboration du budget. Moi je fais, rien que le thème élaboration du budget avec mes étudiants, pas moins de 5 séances. Ça veut dire, c’est sur un mois.

Quelles sont les structures sensées élaborer le budget ? 

C’est le ministère du Budget en collaboration avec les ministères depensiés. En Guinée, c’est la même fiche qu’on vous envoie chaque année, il n’y a aucune complication, on ne crée rien. C’est la même fiche de 12.000 lignes, d’année en année, on ne fait aucun effort. Un bon budget, c’est celui-là qui répond aux préoccupations de la population. Donc il faudrait bien savoir d’abord les préoccupations de cette population.  Si vous prenez rien que le budget de 2018, plus de 7000 milliards sont consacrés à l’achat des biens et services.

Quels sont les aspects micro et macro économiques qui entrent dans ce sens ? 

 Si on veut vraiment participer à l’élaboration du budget, il faut d’abord connaître les grands indicateurs. On élabore les recettes et on élabore les dépenses. En élaborant les dépenses ou les recettes, il faut tenir compte des valeurs macroéconomiques telles que, l’inflation, la croissance du PIB, les modifications de la loi fiscale… Tout ça, ce sont des données ignorées en Guinée. Le PIB dont on parle, c’est un PIB que je mets entre-guillemets parce que les données ne sont pas fiables. Donc nous faisons nos calculs sur des approximations, c’est un véritable problème.

Deuxièmement, on n’a pas dans l’adoption du budget ce qu’on appelle la dépense fiscale. Nous sommes dans un système fiscal archaïque, notre développement a totalement dépassé la structure administrative et fiscale que nous avons. C’est comme si tu prends un vélo, tu mets les roues d’un camion. Il nous faut une refonte. Si on me demandait pour cet atelier, j’aurai préféré discipline ou une éducation financière pour le gouvernement.

Mohamednana BANGOURA

LAISSER UN COMMENTAIRE