Enseignement : ouverture du conseil syndical national du SLECG

0
1235

Dans l’optique de redynamiser sa stratégie de lutte pour la défense des intérêts de ses syndiqués, le Syndicat Libre des Enseignants et Chercheurs de Guinée (SLECG) a ouvert les premiers travaux de son conseil syndical national.  C’était ce vendredi, 10 août 2018, à son siège à Dixinn.

A la cérémonie d’ouverture de ces travaux, Aboubacar Soumah, le Secrétaire général dudit syndicat, après avoir remercié les délégués syndicaux des différentes structures, est entre autres revenu sur les objectifs, les ambitions et le protocole d’accord signé avec le gouvernement le 13 mars 2018. Il a particulièrement parlé du vandalisme dont le siège a fait l’objet, avant d’inviter les enseignants à plus de vigilance.

«Le combat qui nous attend doit interpeller la conscience de chacun et de tous, il sera plus âpres et plus difficile que le premier. Le pouvoir, dans le but de nous déstabiliser, passe par plusieurs méthodes : la corruption, les nominations, l’intimidation…. Nous devons résister à toutes ces tentatives si nous voulons une condition de vie meilleure pour un enseignement de qualité…. Alors, toutes les structures relevant du SLECG, Il faut que nous nous retrouvions pour réviser nos textes juridiques, le statut et le règlement intérieur en vue de les adapter à la nouvelle donne de l’évolution de notre structure », explique Aboubacar Soumah.

La cérémonie de lancement a été rehaussée de la présence de certaines organisations dont la PCUD, la FESABAG et l’UGTG. Au nom de ces organisations partenaires, Abdourahmane Sanoh, président de la PCUD, a tenu à mettre en exergue la grandeur et les mérites du Syndicat, avant de manifester leur volonté  de l’accompagner dans son combat.

«Les dimensions des défis qui s’imposent à nous, en tant que leaders sociaux, dépassent les questions catégorielles. Nous serons à vos côtés dans votre lutte noble», souligne le président de la PCUD.

Parmi les représentations du SLECG dans les 33 préfectures, 32 ont répondu à l’invitation. En plus de ces délégués, ceux des cinq représentations dans les 5 communes de Conakry étaient là, selon les responsables du SLECG.

Ces deux jours de concertation devraient permettre au SLECG de mettre en place de nouveaux textes juridiques.  Ce conseil de deux jours,  s’inscrit dans un contexte de mutation pour le SLECG qui s’est désaffilié de l’USTG.

Alhassane Fofana

LAISSER UN COMMENTAIRE